293 articles | Page 293 of 293 | Préc |

Aïn Beïda : Elaboration du projet de la ville des horizons 2025.

Added 27/10/2008

Aïn Beïda : Elaboration du projet de la ville des horizons 2025.                                   

Dans le cadre du programme national destiné à mettre à point une stratégie réfléchie permettant

à quelque 35 villes du pays de connaître un développement harmonieux, la ville d’Aïn Beïda, située

dans la wilaya d’Oum El Bouaghi, a bénéficié d’une opération de réalisation d’un schéma de

cohérence urbaine, SCU. Les études de ce schéma tracent les contours des horizons 2025 de

la ville et servent de base d’appui aux responsables locaux pour cibler les priorités et décider des

actions à entreprendre pour un développement harmonieux et global de la ville avec en relief

l’élimination progressive des défaillances en matière de qualité de vie et d’environnement entre

autres. Selon le rapport établi relatif au diagnostique stratégique et dans l’état actuel des choses,

la ville d’Aïn Beïda, dispose d’un centre congestionné, d’une périphérie plus ou moins structurée

ainsi que d’espaces urbains inexploités pour diverses raisons. Le bon raccordement aux réseaux assainissement, électricité et gaz, le faible taux d’occupation des logements, l’émergence du pôle

universitaire et l’éradication des bidonvilles sont autant de des points positifs relevés. Dans les

domaines éducatifs, sportifs, culturels et sociaux, les équipements sont d’un niveau moyen.

D’attraction économique et industrielle faible, la ville d’Aïn Beïda, souffre, comme les bon nombre

d’autres villes du pays, du chômage et on relève que sur les 37.000 travailleurs la majorité, d’entre

eux, exerce dans les services publics ou privés puis viennent les travaux publics, l’agriculture et

enfin l’industrie. Avec un potentiel de 22.000 logements, ses 12 secteurs urbains et ses 110.000

habitants, la ville d’Aïn Beïda, est exposée au processus de désertification. Les disfonctionnements

sont divers et diversifiés allant de la vétusté des conduites et canalisations, aux fuites sur réseaux,

à l’absence de cartes souterraines, jusqu’au manque de maintenance et de contrôle des installations.

Il y a, aussi, les risques sanitaires, le dépôt anarchique des déchets en milieu urbain, le manque

d’espaces verts, les carences en équipements, la circulation intense, le transport défaillant et la

présence en force du marché informel avec tous ses aspects négatifs.

 

                                                                                       Nasreddine Bakha

 

                                                                                       In L’EST  

                                                                                               Républicain

                                                                                                                    Quotidien Indépendant.   Algérie

                                                                                              26 octobre 2008.

Tags : Ain Beida Nasreddine bakha
293 articles | Page 293 of 293 | Préc |
| Contact author |